Les circuits mythiques : NORDSCHLEIF

visibility53 Vues comment0 comments person Publié par: Pierre CORDIER list Dans: Tous nos articles



Le circuit du Nürburgring

« L'enfer vert », un tracé démentiel, tout aussi dangereux qu'il est extraordinaire : retour sur ce circuit historique de légende !


Logo du circuit du Nürburgring

La création

Au milieu des années 1920, la plupart des pays Européens sont dotés de circuits permanents, sauf l'Allemagne. Pour réagir à cet état de fait, les Allemands se lancent dans la construction d'un circuit pour se hisser au niveau de ses voisins en matière de course automobile. Pour se mettre à leur niveau, vraiment ? Non, le but est de les surpasser et de frapper fort.
En 1925, la construction d'un circuit débuta dans le massif de l'Eifel - près de la ville de Nürburg - pour se terminer en 1927. Le Nürburging (qui signifie l'anneau de Nürburg) était né.


Tracés du circuit

Dès le départ, le circuit est divisé en 2 parties : la fameuse Nordschleif (la boucle nord) de 20,832 kilomètres et la « sudschleif » (soit la « boucle sud ») de 7,747 kilomètres. Cette dernière sera néanmoins très peu utilisée, et elle a aujourd'hui disparue.

Caractéristiques

Les 20,832 kilomètres du Nordschleif serpentent au milieu de la foret de l'Eifel, pour un total de 73 virages (chiffre à débat, si on compte chaque courbe passée à fond on dépasse les 150 virages).


Le tracé serpentant dans la foret

Mieux qu'une montagne russe, le dénivelé entre le point le plus haut et le plus bas est de 300 mètres ! A titre de comparaison, le circuit de Mount Panorama légendaire dans ce domaine a un dénivelé de « seulement » 174 mètres. À certains endroits les montées atteignent 16%, et des descentes 11%.

Faits marquants

Commençons par la première course, qui s'est déroulée il y a maintenant près de 100 ans ! Le vainqueur inaugural fut Rudolf Caracciola pour Mercedes (évidemment !), qui boucla les 16 tours de la course en 3h33min avec un meilleur tour en 17min11s. J'imagine les spectateurs attendant ¼ d'heure pour voir de nouveau passer les pilotes...

En 1934, le grand prix de l'Eifel fut témoin de la naissance d'une légende. Suite à une nouvelle règle limitant le poids à 750 kilos, l'écurie Mercedes a du passer la nuit à gratter la peinture blanche de ses voitures pour être dans les règles, révélant donc la carrosserie et donna une couleur gris métal à ses bolide. Lors de la course, Mercedes s'imposa, et le surnom des « flèches d'argents » apparu. Depuis, la couleur gris métallisé est caractéristique des Mercedes de course.

En 1951, le circuit accueillit pour la première fois le championnat de monde de formule 1.

En 1957, c'est ici que la légende Juan Manuel Fangio signa son dernier succès, d'une manière digne d'un film hollywoodien. A l'époque, Fangio, sur Maserati, se battait face aux 2 Ferrari de Hawthorn et Collins. Pour la course, les Ferrari n'avaient pas prévu d'effectuer un arrêt au stand, contrairement à Fangio. Le début de la course se passa parfaitement pour l'Argentin, profitant de sa voiture plus légère en carburant pour creuser un écart de 30 secondes avec les Ferrari. Mais à mi-course, à la fin du 12ème tour, lors de son arrêt au stand, un problème de fixation de roue lui fit perdre énormément de temps. Si bien qu'une fois son arrêt effectué, il avait 45 secondes de retard sur les Ferrari, en tête de la course. À la régulière, le retard était impossible à combler... C'est alors que les stratèges de Maserati élaborèrent un plan rusé : Fangio devait faire croire qu'il rencontrait des problèmes et réaliser des tours lents, pour que Ferrari demande par excès de confiance à ses pilotes de ralentir.
Pendant 2 tours, Fangio roula sans forcer, s'arrangeant pour faire tousser le moteur en passant devant la ligne des stand. Puis lors du 15ème tour, croyant que Fangio avait réellement des problèmes moteur, Ferrari demanda à ses pilotes de ralentir pour assurer le doublé. Le circuit étant très long, l'échange d'information à l'aide de panneau entre les pilotes et l'écurie ne se faisait que toute les 9min30 environ, avec un tour de retard. Lorsque enfin Fangio passa devant son stand, il reçu le signal de son équipe : fin du bluff, il était temps d'attaquer à fond. C'est alors que Fangio sorti le grand jeu.
En 1 tour, il repris 12 secondes aux Ferrari. Le tour suivant, les pilotes Ferrari sont avertis que Fangio se rapproche. Ferrari compris enfin le stratagème, et demanda à ses pilotes d'attaquer lors du passage suivant devant les stands. Mais Fangio n'était plus qu'a 19 secondes derrière... Les pilotes Ferrari attaquants maintenant à fond, il paraît impossible pour Fangio de les rattraper. Et pourtant, il continua à réaliser des tours de légende. Il finit par rattraper et dépasser les Ferrari pour décrocher sa dernière victoire en F1, et en conséquence s'adjuger son 5ème titre de champion du monde. Un acte de bravoure incroyable sur un circuit si terrifiant.


Fangio en chasse derrière Collins

La course de F1 se déroula chaque année jusqu'en 1976. Cette année là, une averse détrempa la course pour le départ, mais ne dura pas. Si bien qu'en 1 tour, la piste avait déjà beaucoup séchée, forçant les pilotes à s’arrêter pour quitter leurs pneus pluie et passer sur des slicks. Niki Lauda en fit partit. Manque de chance pour lui, il reparti dans le peloton. Dans son tour de sortie des stand, il perdit le contrôle de se Ferrari dans une légère courbe à gauche avant le virage de Bargwerk (au nord du circuit) et vint heurter le talus. Sur le choc, Lauda perdit son casque, et sa Ferrari s'embrasa immédiatement. Quelques seconde plus tard, un pilote ne put l'éviter et percuta la Ferrari en feu.
A cette époque, lors de grave accident, les pilotes jouaient souvent le rôle du 1er commissaire pour secourir un collègue en danger. C'est ce qu'il se passa, avec 4 pilotes qui s’arrêtèrent pour tenter de sortir Lauda, à moitié conscient, du brasier.
Lauda survécu de justesse, mais cet événement tragique contribua à forger un peu plus sa légende.
Suite à cet accident, la F1 ne revint jamais sur le Nordschleif. Mais en 1984, le nouveau tracé du Nürburgring, empruntant quelques portions du regretté « Südschleich », accueillit de nouveau la F1.


La F1 à l'assaut de l'enfer vert en 1976

En 2017, Porsche se retire du championnat du monde d'endurance et décide en 2018 de réaliser une tournée d'adieu de leur redoutable (et triple victorieuse au mans) 919 hybrid qui domina la catégorie LMP1. Ils débridèrent complètement leur voiture (et l'améliorant au passage), et se lancèrent à l'assaut de divers circuits du monde, dont l'enfer vert. Ils réalisèrent le record du tour absolu du circuit, en 5min19s et 546 millièmes, soit une moyenne de 234,7 km/h ! Glurps.


Un tour du Nürburgring en Porsche 919?

Aujourd'hui

De nos jours, aussi incroyable que cela puisse paraître, il existe encore 2 compétitions officielles se déroulant sur le tracé complet (Nordschleif + circuit de F1 en version courte) : il s'agit des 24h du Nürburgring (couru avec des GT) et du WTCC (championnat de tourisme). Déjà que rouler de nuit au Mans est un défi énorme, je n'imagine même pas sur ce circuit...


24H du Nürburgring

En parlant de défi, le circuit est également une base de test pour les constructeurs automobiles, qui viennent mettre à l'épreuve leurs modèles sportifs. Réaliser un « temps » ici s'avère être un sacré atout commercial.

Il est également possible de rouler sur ce tracé avec nos voitures de tous les jours, moyennant une trentaine d'euros. Mais attention, si vous sortez de la piste, tout les frais occasionnés sont à votre charge. N'est-ce pas les pilotes du dimanche dont on peut voir les « exploits » sur des compilations Youtube ?

Perso je trouve qu'il est bien plus prudent de partir à l'assaut de cette légende en enfilant notre Polo hommage à ce circuit. On ne risque pas grand chose en le mettant, à part peut-être une luxation de l'épaule !

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés
Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre